Rebella devient Lopetta

Un certain temps s’est passé depuis mon dernier témoignage. Cela fait plus de 2 ans que je suis dressé par Maîtresse Celia. Un dressage en règle sans relâche, avec suivi, port de plug et cage de chasteté (dorénavant sur mesure), impossible de l’enlever, de jouir sans permission et port de string obligatoire, porte jarretelles et bas full time selon les ordres de Maîtresse. Son intention est de me faire un piercing pour m’entraver le « clitoris » (comme elle l’appelle) et me tatouer mon appartenance sur mon pubis. 

Plus moyen de lui échapper, elle contrôle tout, elle maîtrise tout, elle ordonne et j’obéis. A la moindre protestation je suis punie, remise dans le droit chemin, et j’ai même droit à des convocations pour redressement. Maîtresse dit maintenant que c’est mon destin, que je ne plus y échapper. Je suis donc devenue sa lopette qui ne pense plus, un trou à utiliser comme elle le souhaite.

J’ai donc été convoquée récemment, elle trouvait qu’il y avait un certain laisser aller. Une petite session pour me remettre dans le droit chemin, continuer à accepter d’être sa salope, une chienne à son service. Convoquée à 13h j’ai dû lui apporter son déjeuner.

L’accueil a été glacial. Déshabillée je me suis vite retrouvée en tenue imposée le matin même : plug de verre de 4,2 cm que je porte en quasi-permanence, cage de chasteté bien entendu, string, porte jarretelle et bas noir. J’ai mis mes chaussures rouges vernies bien vulgaires perchée sur au moins 12 cm.

Maîtresse ne voulait pas voir ma tête arrogante de femelle désobéissante. Elle m’a rajouté une cagoule noire, un harnais de tête en cuir et un bâillon en forme de tétine pour ne pas m’entendre et m’obliger à sucer.

Pendant 15 minutes j’ai dû supporter les coups d’une baguette rigide, et les coups pleuvaient. 

Le tout en me rappelant les règles d’une lopette, d’une salope qui doit obéissance sans réfléchir, sans penser.

Pour Maîtresse une bonne lopette doit être régulièrement pénétrée, offrir sa chatte et donner du plaisir à sa Maîtresse.

Maîtresse utilise maintenant un gode de 27 cm de long et de 5,5 cm de diamètre qui rentre tout seul à force de travailler mon trou. 

Attachée sur le banc, la barre d’écartement reliée à mes chevilles, j’étais à sa merci.

Le plaisir étant de rentrer le gode en entier et de bien sentir les boules taper contre mon fessier.

Maîtresse me fait sniffer du poppers pour me faire perdre la tête et parfaire ma mise en condition de femelle 

Les insultes pleuvaient, et je devais répéter ce que je suis pour elle, une moins que rien, utilisée comme elle le souhaite, une future tapineuse, une chienne, bonne pour aller au bois et sur les chantiers pour la satisfaire.

Son désir maintenant étant de vouloir m’offrir à son copain noir en sa présence pour sucer son sexe et me faire prendre et passer encore un palier dans la soumission. Je dois selon Maîtresse devenir une lope pour les hommes. J’avoue qu’il est difficile pour moi, hétéro straight, de devoir un jour y parvenir.

Je ne sais combien de temps j’ai dû subir les assauts de Maîtresse, mais je me sentais à ma place, mon clitoris dans sa cage bavait de plaisir intense.

Par la suite avant de lui servir son repas, elle a décidé que je devais garder le gode en moi. Par un jeu de corde extrêmement bien maîtrisé, j’ai été contrainte de supporter le gode bien enfoncé jusqu’à la garde.

Il m’a fallu lui préparer son repas sur un plateau avec toutes les difficultés de marcher avec un gode aussi gros, le clitoris maintenu raide vers le bas dans sa cage et perchée sur mes chaussures.

Assise à genou devant Maîtresse, le jeu n’étant pas assez hard pour elle, elle a mis un gode sur son harnais qu’elle a tartiné de wasabi et j’ai dû la sucer pendant qu’elle mangeait. Ensuite Maîtresse ajustait une brochette bœuf-fromage sur le gode et je devais sucer gode+brochette sans y mettre les dents, marque d’une bonne suceuse. Au final comme dessert j’ai dû sucer sans mordre ni avaler deux boulettes de poulet placées dans ma bouche pour m’entraîner et me mettre en condition pour une bonne fellation réussie et donner un plaisir extrême à un futur client.

Parfois elle me donnait ses doigts que je suçais également avec délectation.

Se termine ici le compte rendu de séance de Rebella devenue Lopetta, une future suceuse pour mec viril, travestie, et offerte à qui Maîtresse voudra, une dévergondée bonne à satisfaire la gent masculine, en privé, en soirée, la désormais propriété de Maîtresse Celia.s

Cet article a 3 commentaires

  1. Philou

    Maitresse Celia obtient de superbes résultats et je suis sûr qu’elle va réussir à réaliser le piercing et le tatouage pour parfaire la soumission / appartenance de Lopetta ! J’ai hate de suivre tes aventures avec le copain noir.
    Ne rien lâcher. Maintenir la pression. Maîtresse Celia est à son affaire !

  2. Bruno

    Je vous souhaite bd être rapidement prise par un homme pour parfaire votre condition de salope. C’est l étape qui vous manque et qui vous comblera !
    Merci pour ce récit et félicitations a Maîtresse Célia pour son travail sur vous.

  3. chantal

    Beaucoup de fantasmes, et peu de prise de risques. Je comprends. Beaucoup d’appelés, peu d’élus, voire pas du tout. Comment concrétiser un fantasme transgressif, sans le/se détruire ? Vous avez deux mille ans, après, on relève les copies. Voici pour ma part rationnelle, peut-être masculine (c’est sexiste d’assimiler les deux). Je suis un homme de 58 ans, bisexuelle … lorsque travesti-e, soumis-e (mais le/la soumis-e ne commandent-ils pas, d’une certaine manière ? Mes fantasmes sont nombreux, j’en ai réalisé une petite part, sans tout détruire, en les conciliant avec vie sociale, familiale… Il “me reste” à : faire la putain en réel, bien entendu en travesti, épilée, avec cage de chasteté. Etre filmée et tenue par chantage pour devoir continuer. Devoir reprendre de force le traitement hormonal de féminisation que je puis m’auto-prescrire. Concilier tout cela avec ma vie de mari-e, mon épouse sait tout cela et ya maintes fois participé… Quadrature du cercle ? Banalité du paradoxe ? A Vous lire… PS : pierçings PA, de chasteté, anneaux aux seins, tatouages intimes obscènes… doivent figurer au programme, comme la chasteté, le milking, le fouet jusqu’au maxi toléré, avec entraînement, la fellation avec déglutition de sperme d’hommes ayant accepté de faire sérologies VIH, Hépatites…, la sodomie imposée avec sperme éjaculé dans le rectum de la salope (moi…) selon mêmes conditions,et surtout, surtout… le chantage, redouté, désiré, impossible, irréfléchi, dangereux, et d’autant + excitant… chantal, salope, putain, pédale, cocue, travestie, pédé, connasse, soumise, pétasse, peureuse, coupable, jolie, vide-couilles, et sachant qu’elle a toujours été et sera toujours cela au plus profond d'”elle”-même…

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.