« La punition ne se fait pas attendre. Mes fesses rougissent sous les coups de martinet, fessée à main nue et au paddle de bois ».

Le Baptême BDSM de Sissy

« Bonjour chère Maîtresse, Je tenais à vous remercier pour ma séance « baptême de sissy ». J’en profite pour partager avec vous ce petit compte rendu. J’ai hâte de pouvoir revenir vous voir ».

Après quelques semaines d’attente depuis la prise de rendez-vous, j’arrive avec quelques minutes d’avance en bas de chez Maîtresse. L’angoisse du 1er rendez-vous me prend. Le site web reflète-t-il vraiment la personnalité de Maîtresse ? Trop tard pour y réfléchir, je monte les escaliers et rentre dans l’appartement.

Je découvre celle qui va immédiatement me baptiser de mon nouveau nom « Sissy ». Elle est magnifique. Ses yeux m’envoutent.

Après quelques mots échangés, elle m’indique où me déshabiller et prendre une douche.

Une fois de retour, l’interrogatoire commence à genoux à côté d’elle. Pour marquer mon appartenance, elle m’attache un collier autour du cou. À chacune de ses phrases, mon nouveau nom « Sissy » retentit. Ses mains courent sur mon dos. Je lui confirme mon appartenance d’un « Oui Maîtresse ».

Sissyfication

Ma femellisation peut alors commencer : un soutien-gorge et des faux seins pour le remplir, un jupon de satin bouffant sous une tenue de soubrette. Maîtresse n’a pas envie d’entendre de jérémiade, un bâillon boule vient me clore le bec.

À ce moment, Maîtresse note une certaine excitation de ma part. Quoi ! une Sissy excitée. Impensable et hop on y remédie avec une bonne cage de chasteté en inox bien solide.

Enfin ma tenue est complétée avec une perruque coupe carrée noire, une paire d’escarpins de velours noir et un plug pour parfaire l’ensemble.

Sissy domestiquée

Je suis prête. Ma première mission s’annonce : nettoyer les toilettes et la salle de bain.

Je m’applique : je frotte et j’astique. Satisfaite, je montre à Maitresse mon travail. Nul ! Des traces encore et encore… La punition ne se fait pas attendre. Mes fesses rougissent sous les coups de martinet, fessée à main nue et au paddle de bois.

Sissy modèle

Si je ne suis pas capable d’assurer cette mission, peut-être serais-je plus douée avec ma bouche et mon cul ? Mais avant de pouvoir rencontrer les amants de Maîtresse, je dois faire mes preuves.

Une cagoule et un nouveau bâillon en forme de sexe prennent place. Pour immortaliser ce jour, Maîtresse me chevauche et nous prend en photo.

Je suis attachée par les bras, suspendue avec un crochet anal, attachée par la cagoule. Impossible de bouger sans douleur. Maîtresse montre sa perversion. Elle m’oblige à lever un pied : le droit, le gauche. Je suis incapable de bouger. Maîtresse profite de la situation pour caresser, pincer. C’est à la fois un supplice et un plaisir.

Sissy engodée

Maîtresse me laisse alors pendant plusieurs minutes. Que fait-elle ? Incapable de bouger, je peux juste l’observer préparer l’ultime étape. Maîtresse enfile son harnais avec l’intention évidente de me goder sévèrement.

Je suis décrochée du mur et me place arc boutée en bout d’une table de fer. Je suis alors testée sur ma capacité à encaisser des godes de plus en plus gros.

Je suis épuisée sous les coups de boutoir prodigués. Maîtresse semble satisfaite de ma prestation et de la sienne.

La séance s’achève ainsi après une douche et quelques échanges autour d’une boisson.

Sissy.

La publication a un commentaire

  1. jouet bertrand

    ne pas abandonner à devenir toujours meilleur au service voila ce qu’exige finalement Maitresse Célia

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.